rapport_radar

L’efficacité des radars automatiques à nouveau remise en cause

Dans un rapport publié par la Cour des Comptes au mois de juin 2017, les recettes issues des radars automatiques ont augmenté de plus de 11%, sans que la mortalité routière ne baisse dans des proportions comparables. L’éternelle question de leur efficacité pour lutter contre ce fléau est donc à nouveau posée…

Un rapport sur les recettes générées par cet outil de sécurité routière massivement utilisé

La Cour des Comptes a donc dévoilé le mois dernier un rapport sur les recettes de l’Etat générées par les radars automatiques, quel que soit leur type : radar de vitesse, radar de feu, radar de passage à niveau… Les radars ont ainsi rapporté plus de 920 millions d’euros en 2016, contre 790 millions l’année précédente. Soit une augmentation de 11,6% entre les deux années, une aubaine pour les finances publiques.

Si les membres de la Cour des Comptes reconnaissent que cette augmentation des recettes est positive pour le budget de notre Etat et témoigne par ailleurs d’une meilleure efficacité des radars automatiques, elle souligne que dans le même temps, la mortalité routière n’a pas suivi la même tendance.

Entre sécurité et rentabilité, la question de l’intérêt des radars

Après des années consécutives de baisse de la mortalité, et alors que le nombre de tués sur les routes allait passer sous la barre des 3.000 par an, elle a connu un rebond ces trois dernières années, pour atteindre près de 3.500 en 2016.

Selon les responsables des associations de défense des automobilistes, ces radars servent uniquement à générer des revenus pour l’Etat, sans aucune considération pour leur efficacité en tant que tel.

En effet, ils notent l’augmentation du nombre de tués sur les routes, alors que le nombre de radars n’a jamais été aussi important. D’autre part, il faut aussi noter que le nombre de permis et de cartes grises délivrés n’a jamais été aussi élevés, et donc que le nombre de voitures en circulation est plus important qu’il y a quelques années.