voitures

Les ventes de voitures neuves en hausse depuis le début de l’année

Après la publication des chiffres du mois de juin 2017, les constructeurs automobiles font le bilan des ventes pour ce premier semestre 2017. Malgré des chiffres en hausse plutôt encourageants, les professionnels du secteur préfèrent rester prudents.

Une augmentation nette des demandes d’immatriculation en mai et juin

+9% en mai et +2% en juin, le nombre de demandes d’immatriculation pour les voitures neuves a explosé sur les deux derniers, concluant un premier semestre 2017 encourageant. Au total, sur les 6 premiers mois de l’année, les ventes ont connu une croissance de 2,3% par rapport à la même période l’année précédente.

En volume, cela représente près de 192.000 voitures sur le mois de mai et plus de 230.000 en juin. Au total, près de 1,1 million de voitures neuves ont été immatriculées depuis le début de l’année. Ce sont les meilleurs chiffres depuis l’année 2012, où le total des ventes avait atteint des records.

signature_contrat

signature_contrat

Dans le détail, Renault est toujours en tête avec un peu plus de 20% de parts de marché, suivi de près par Peugeot (17,4%) et Citroën (10,2%). Suivent Volkswagen, Dacia et Ford. Au niveau des modèles, c’est sans surprise la Clio qui tire son épingle du jeu (5,6%), suivi par la 208 (4,8%) et la C3 (3,6%). A noter que 4 modèles Peugeot se hissent dans le top 10.

Cependant, malgré ces chiffres encourageants, les professionnels du secteur préfèrent rester prudents et n’avancent pas de prévision particulière pour le reste de l’année. La plupart table sur des ventes stables pour le second semestre 2017, alors que le CCFA (association des constructeurs) prévoit de 1 à 2% de croissance du marché sur l’ensemble de l’année.

Les constructeurs restent prudents face à cette envolée des demandes d’immatriculation

Il y a plusieurs raisons à cela : d’abord les chiffres restent très fluctuants selon les mois et les années. Ainsi, après un très bon début d’année, les ventes ont subitement chuté en mars et avril (-6%), avant de reprendre des couleurs sur la fin du semestre. De plus, le marché sort de plusieurs années consécutives de baisse des ventes.

De plus, l’embellie observée aux mois de mai et juin pourraient n’être que de courte durée : ces mois connaissent traditionnellement une hausse des ventes, les particuliers s’équipant avec les départs en vacances et les entreprises anticipant le creux de l’été. On observe généralement un tassement des ventes pendant la période des congés d’été, aussi bien auprès des ménages que des professionnels.

De plus, la croissance observée est un peu artificielle, les vendeurs et concessionnaires ayant multiplié les offres promotionnelles sur mai et juin. A noter que Peugeot profite pleinement de son renouvellement de gamme opérée sur les derniers mois, là où Renault et Citroën sont un peu plus à la peine, leur modèle ayant déjà été commercialisé il y a plusieurs trimestres.