jeune_conducteur

Le permis de conduire n’est plus une priorité pour les jeunes en 2017

C’est une tendance que l’on pouvait observer ces dernières années, et qui vient d’être confirmé par une étude publiée récemment par OpinionWay et Point S : l’obtention du fameux papier rose n’est plus dans les priorités des jeunes de 18 ans aujourd’hui.

Conduire ne fait plus rêver les jeunes

Ainsi, les jeunes majeurs sont moins nombreux qu’avant à se ruer sur l’examen du permis de conduire dès leur majorité acquise. De plus en plus décident de reporter le passage de leur permis de conduire.

Résultat, le nombre de permis délivrés cette année a chuté de 5% par rapport à 2013, note le site de la Prévention routière. Aujourd’hui, 60% des jeunes n’ont pas leur permis de conduire l’année de leur 18 ans, c’est beaucoup plus qu’il y a quelques années. A noter toutefois que 30% ont tout de même l’intention de passer le permis dans l’année. Et il y a plusieurs raisons à ce phénomène.

La première est l’abondance des services de transport en commun, notamment dans les agglomérations, ce qui permet de se passer de voiture pour se déplacer. Ainsi, on note que la proportion de jeunes qui n’ont pas leur permis est nettement plus importante en ville qu’en zone rurale, où la voiture devient beaucoup plus rapidement nécessaire.

Le coût du permis de conduire en tête des raisons

carte_credit_argent

Sans surprise, la raison principale à cette tendance est financière : pour près de la moitié des sondés, le prix du permis est un élément rédhibitoire. Ils n’ont tout simplement pas les moyens de se le payer. En effet, le permis coute tout de même près de 1.600€ en moyenne, sans compter ensuite le coût d’achat de la voiture et de la carte grise.

En deuxième position des raisons qui poussent les jeunes à bouder cet examen vient l’absence de temps pour le passer. De plus en plus de jeunes préfèrent se concentrer sur leurs études ou leur premier emploi en priorité (36% des sondés).

Enfin, pour près d’un jeune sur 5, l’absence de nécessité du permis ou la peur d’échouer à l’examen sont les arguments avancés.